Ouvrage : Longévité de l’information numérique – Les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ?

« Longévité de l’information numérique – Les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ?«  ; par Jean-Charles Hourcade , Erich Spitz , Franck Laloë ; éditeur EDP Sciences, 9 avril 2010.

 .

Résumé de l’éditeur :

« Pourquoi s’intéresser à la préservation à long terme de l’information numérique, alors que les capacités de stockage n’ont jamais été aussi vastes et bon marché ?

Cette question soulève un problème de plus en plus important : nos sociétés produisent des masses croissantes d’information, alors même que la durée de vie des supports numériques disponibles pour la conserver n’a jamais été aussi courte.

Le stockage ou la sauvegarde à court terme ne soulèvent pas de question particulière, mais archiver de cette façon sur des décennies ou un siècle pose un tout autre problème, dans la mesure où les supports numériques n’ont qu’une durée de vie de 5 ou 10 ans environ. L’évolution de ces supports étant difficile à prévoir, seul un suivi constant des données et leur migration perpétuelle permettront d’en assurer l’archivage, avec un coût d’organisation important.

Si ce problème est correctement abordé par quelques organismes publics spécialisés, il est très largement ignoré du grand public ainsi que de la majorité des institutions ou entreprises. Une importante quantité d’informations personnelles, médicales, scientifiques, techniques, administratives, etc., est ainsi en réel danger de disparition. Devant ce constat, l’Académie des sciences et l’Académie des technologies ont créé un groupe de travail commun, avec l’ambition de faire le point sur le sujet.

Le présent rapport se donne un périmètre précis en se concentrant sur la fraction de l’information qui garde sa valeur à long terme : documents soit personnels (souvenirs familiaux, données médicales, …), soit publics (données scientifiques acquises lors d’expériences uniques, …). Les stratégies possibles sont discutées et les différents supports de stockage utilisables sont passés en revue, avec une brève discussion de leurs qualités et limitations respectives.
Le rapport évalue également la possible généralisation de la stratégie active à l’ensemble des besoins de la société. Enfin sont étudiés les disques optiques numériques enregistrables, pour lesquels une série de mesures alarmantes a été effectuée récemment. Les auteurs proposent quelques pistes qui pourraient conduire à des disques enregistrables de bien meilleure longévité et émettent quatre recommandations de nature à faire prendre conscience de ce problème général et des voies possibles pour le résoudre.

.

Je vous renvoie aussi aux sources suivantes :

♣ Critique du livre par Yves Desrichard ; bbf 2011 – Paris, t. 56, n° 1 : ICI

♣ Le M-disc, un DVD indestructible ? : ICI

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :