Bibliographie : Jean-Henri Fabre (1823-1915), l’ « Homère des insectes » ! (V. Hugo)

1ère de couverture : le cabinet de travail de Jean-Henri Fabre à l'Harmas

1ère de couverture : le cabinet de travail de Jean-Henri Fabre à l’Harmas

Revenant d’une escapade de quelques jours en Aveyron, c’est avec enthousiasme que je recommande d’une part la visite de Micropolis, la cité des insectes, à Saint-Léons-en-Lévézou et d’autre part la lecture de l’ouvrage d’Anne-Marie Slézec intitulé « Jean-Henri Fabre en son harmas de 1879 à 1915 » consacré au célèbre savant rouerguat.

Natif de Saint-Léons, naturaliste et entomologiste de renommée mondiale, mais aussi philosophe, poète et merveilleux félibre, aquarelliste talentueux, formidable pédagogue, Jean-Henri Fabre vécu les 35 dernières années de sa vie à l’Harmas, sa propriété de Sérignan-du-Comtat dans le Vaucluse. Anne-Marie Slézec, attachée honoraire au Muséum National d’Histoire Naturelle, choisit de relater chronologiquement cette période féconde en « recherche, observation et production intellectuelle intense dans une époque charnière pour l’avènement de la biologie. »

Classé en 1998 au titre des monuments historiques, restauré de 2000 à 2006 à l’initiative du Muséum National d’Histoire Naturelle, l’Harmas de Sérignan du Comtat est de nouveau ouvert au public qui peut découvrir l’ensemble du domaine dont notamment  le cabinet de travail du naturaliste, « véritable petit musée d’histoire naturelle » rassemblant 1300 objets et spécimens des collections inventoriées dans la maison.

– Jean-Henri Fabre,  » un grand savant, qui pense en philosophe, voit en artiste, sent et s’exprime en poète « . (Edmond. Rostand).

Charles Darwin l’appelle « l’observateur inimitable » par trois fois dans « l’Origine des espèces ».

.

♦ Critique du livre d’ Anne-Marie Slézec :  ICI

♦ Vie et œuvre de Fabre (textes intégraux) : ICI

♦ L’Harmas de Fabre à Sérignan : ICI

♦ Biographie très complète sur Wikipédia : ICI

.

« Jean-Henri Fabre en son harmas », par Anne Marie Slézec, du Muséum d’Histoire Naturelle, Editions Edisud, MNHN, 2011.

Extrait du livre d’Anne-Marie Slézec, p 69 :

 » (…) Fabre à vécu sa vie, il a vécu son rêve…le temps d’une vie bien longue portée à quatre-vingt-douze ans. Il eut deux familles et de nombreux enfants, il en porta beaucoup en terre. Obtenant seul ses diplômes, jusqu’au plus hauts, (Doctorat à la faculté des sciences de Paris) il écrivit plus d’une centaine de livres scolaires et les 4000 pages des Souvenirs entomologiques. Il peignit plus de 600 aquarelles de champignons, rassembla plus de 10 000 plantes. Il entretint une vaste correspondance dans le monde entier… (avec des scientifiques comme Charles Darwin, Léon Dufour, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, des écrivains tels Frédéric Mistral, Edmond Rostand, l’économiste anglais John Stuart Mill) Un travail colossal accompli à une époque si différente de la nôtre. »

Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :