Prospective : Révolution numérique, le monde des savoirs en mutation

CLIQUEZ SUR L’IMAGE ET ACCÉDEZ A LA CONFÉRENCE

En décembre 2012, dans le cadre de l’exposition « Renaissance 2.0, voyage aux origines du web », Bruno Schröder, directeur technologique de Microsoft BeLux, a donné une conférence au Mundaneum de Mons en Belgique (Mundaneum : définition Wikipedia) sur le thème de la mutation des savoirs à l’aune de la révolution numérique.

.

PASSIONNANT et surtout très instructif pour envisager notre avenir à brève échéance !

Je vous livre dans ce billet le déroulement et le plan détaillé de la conférence.

.

Interview de Bruno Schröder, Technicité, 17 décembre 2012.

.

DÉROULEMENT DE LA CONFÉRENCE :

.

1) Vidéo de présentation : impact des NTIC sur notre quotidien

2) Présentation du sujet de la conférence et de l’intervenant : Bruno Schröder, directeur Technologique chez Microsoft.

3) Début de l’intervention de Bruno Schröder (5min22)

4) Plan de la conférence :

.

I) Quelques évidences

A) Inondation :

Flux constant et exponentiel de l’information que nous générons : « La quantité des données créées de l’aube de l’humanité jusqu’en 2003 équivaut à la même quantité de données produites en 2010 ! ». « 1/7 de l’humanité utilise Facebook » !

B) Accès :

Aujourd’hui Facebook est le moyen le plus utilisé par les jeunes pour accéder à l’info (et non plus Google). Les moteurs de recherche (« outils désincarnés ») sont en passe d’être supplantés par les nouveaux médiateurs que constituent les Réseaux sociaux (Facebook pour les usages privés et Twitter pour les usages professionnels). Paradoxal car retour à un médiateur humain (à l’instar du bibliothécaire ou professeur, autrefois dépositaires du savoir) mais un médiateur inconnu composé d’une centaine de personnes (le réseau, « mon réseau » ) qui constitue un filtre par rapport à l’information ciblée que je désire.

C) Structure (d’accès à l’information) :

D) D’autres stratégies (d’accès à l’information) :

– le 4ème concept scientifique :

Capacité d’exploration du BIG DATA pour y trouver le savoir.

– les experts coopératifs :

Experts d’un domaine qui s’investissent professionnellement ou à titre privé. Notion de crowdsourcing.

.

Émergence d’un nouveau phénomène : grâce à ces experts coopératifs, pour résoudre un problème, il n’est plus nécessaire de comprendre ce problème ainsi que sa réponse ! L’essentiel c’est d’avoir une réponse à ma question !

II) Quelques défis :

A) 4 milliards d’autres sens :

– Fournir en NTIC les + 4 milliards d’utilisateurs des « Pays en voie de développement » prévus dans 5 ans. Ce sont ces 4 milliards de nouveaux usagers à la culture totalement différente de celle des occidentaux qui pèseront sur les décisions des fournisseurs de NTIC !

– Donc urgence pour les européens à former beaucoup d’informaticiens !!! La Chine fournit chaque année 3 millions d’informaticiens ! Sa capacité de production d’applications et de contenus va être phénoménale !!! Aujourd’hui encore, les déterminants des usages digitaux sont fixés  par les occidentaux mais dans 5 ou 10 ans c’est fini !!!!! Il y a déjà plus de contenu chinois que de contenu anglais sur Internet !

B) Le choc des découvertes :

Objectif : trouver des méthodes permettant d’accéder à une info compétitive, à valeur ajoutée. Les créateurs de valeur ajoutée seront les personnes capables de faire du sens dans la grande masse d’info disponibles !

C) La rupture de la transmission du savoir :

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité nous sommes confrontés à une génération qui n’a plus besoin des maîtres pour accéder à l’info !

III) L’urgence : sommes-nous prêts pour les nouveaux savoirs ?

A) Enseignement ou génération spontanée ?

B) La pédagogie digitale

C) Agenda national

Bruno Schröder répond par la négative :
– L’éducation nationale n’utilise pas correctement les possibilités offertes par l’outil informatique. La pédagogie digitale est toujours absente. Echec des pédagogues à anticiper l’impact des technologies digitales sur la manière de transmettre le savoir, sur le rôle des professeurs.
– Nécessité d’un agenda national.

IV) Finalement ?

La langue de l’élite ?

Ce sont les langages informatiques qui déterminent la manière dont nous produisons et utilisons ces NTIC. Donc selon Bruno Schröder, une nouvelle élite est entrain de se constituer, celle des informaticiens. Elite dont les femmes sont totalement absentes !!

V) Conclusion :

.Les nouveaux savoirs sont :

– « Coopératoires »
– exhaustifs
– planétaires

Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Prospective : Révolution numérique,...
  2. Prospective : Révolution numériqu...
  3. Prospective : Révolution numérique, le monde des savoirs en mutation | la bibliothèque, et veiller
  4. Prospective : Révolution numérique,...
  5. Prospective : Révolution numérique,...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :