Vers une privatisation de la connaissance ?

Un article (billet blog Affordance.info) militant pour la défense de la diffusion des connaissances et des savoirs au plus grand nombre. A lire d’Urgence !!!!

L’obs avec RUE89 : « Olivier Ertzscheid, enseignant-chercheur et blogueur renommé, explique pourquoi le système des revues scientifiques (…) va à l’encontre du travail scientifique et de sa diffusion au plus grand nombre. »

Voici le résumé sous forme de carte mentale des principaux thèmes abordés :

text2mindmap

SocArXiv, une archive ouverte pour les sciences sociales
Publicités

USA : le savoir-faire français très recherché !

CLIQUEZ !
CLIQUEZ !

Il y a actuellement  25000 chercheurs, ingénieurs, codeurs qui travaillent aux Etats-Unis  et dont le savoir-faire est très plébiscité par les entreprises américaines car ils sont créatifs et extrêmement bien formés notamment en mathématiques. L’excellence française dans ce domaine est reconnue au niveau mondial !

Ce reportage télévisé du JT de France 2 met en exergue le parcours de 3 « cerveaux tricolores » très courtisés par les multinationales américaines.

Remarque : à un niveau plus modeste que ces chercheurs issus des grandes écoles (Polytechnique…), c’est l’ensemble des français issus des écoles informatiques, de design etc… qui sont également appréciés et reconnus aux États-Unis.

En compléments :

Les grandes écoles informatiques françaises au crible

John Chambers, patron du géant américain Cisco, « parie gros » sur la France

Rapport : « L’état de l’emploi scientifique » en France (édition 2013)

 

Effectif chercheurs français 2010
Effectifs mondiaux de chercheurs en 2010 (Cliquez pour agrandir).

.

Le MESR (Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) vient de publier sur son site web un rapport  faisant le point sur  l’emploi scientifique en France, « c’est à dire sur les ressources humaines dédiées à la recherche : doctorants, enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels de soutien qui contribuent aux activités de recherche et développement. »

.

Une synthèse générale du rapport est proposée p 12.

.

EXTRAIT DU SOMMAIRE :

I) La place de la France dans l’environnement international 

II) Le vivier de l’emploi scientifique

III) L’emploi scientifique dans le secteur public

IV) L’emploi scientifique dans le secteur privé

V) La répartition géographique de l’emploi scientifique en France

VI) La mobilité internationale des chercheurs et la construction de l’espace européen de la recherche

.

EXTRAITS DE LA SYNTHÈSE :

.

→ Une parité largement inachevée :

« Les femmes occupent dans les métiers de la recherche une place le plus souvent minoritaire. Cette place a peu évolué au cours des dernières années, ainsi en 2010, les femmes représentent  34,6 % des chercheurs du secteur public, alors qu’elles représentaient 32,6 % en 2001, soit une progression de 2 points seulement. Dans le secteur privé, la part de femmes parmi les chercheurs est plus faible encore : elle tourne autour de 20 % depuis 2000. »

.

→ La répartition géographique de l’emploi scientifique : la prédominance de quelques régions :

« En 2010 comme précédemment, près des deux tiers de l’emploi scientifique public et privé est concentré dans quatre régions : l’Ile-de-France, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d’azur. À elle seule, la région Ile-de-France représente quasiment 38 % des chercheurs et personnels de soutien à la recherche présents sur le territoire. Près d’un doctorant sur trois prépare et obtient sa thèse dans la région Ile-de-France. »

.

ACCÉDEZ DIRECTEMENT AU RAPPORT : ICI

.

Présentation succincte du rapport sur le site web du MESR

Veille scientifique : méthodologie et outils web 2.0 (mind map)

Veille scientifique ds le cadre d'une thèse Endrizzi
Veille scientifique ds le cadre d’une thèse (outils gratuits ou presque). CLIQUEZ ET VISIONNEZ LA CARTE MENTALE !

Dans le cadre d’une formation intitulée Comment construire sa veille scientifique et optimiser ses méthodes de travail grâce au web 2.0 ?, Laure ENDRIZZI et Rémi THIBERT  – formateurs à  l’IFE (Institut Français de l’Éducation -ENS Lyon) ont confectionné une carte mentale évolutive des outils pouvant être mobilisés pour réaliser les étapes traditionnelles d’une veille scientifique.

La carte comporte quatre entrées majeures correspondant aux étapes principales d’un cycle de veille courante :

– recherche / consultation (mode pull)

– collecte, surveillance (mode push)

– traitement, exploitation

– diffusion, publication 

Elle est complétée par une cinquième rubrique nommée optimisation du processus de veille qui « propose quelques sites spécialisés sur la veille et quelques tutoriels sur les principaux outils référencés dans les autres branches. Elle mentionne également certains outils permettant de personnaliser davantage son environnement de veille. »

.

COMMENTAIRE DE LA CARTE PAR SON AUTEUR LAURE ENDRIZZI : ICI

La recherche scientifique peut-elle être un modèle d’apprentissage pour nos enfants ?

Page d'accueil de l'encyclopédie junior Vikidia
Aperçu de la page d’accueil de l’encyclopédie junior Vikidia !

Samedi dernier, l’émission radiophonique « Rue des écoles » sur France Culture  était consacrée à la pédagogie d’apprentissage des sciences.

L’émission a mis en avant un projet scientifique innovant mené conjointement par Ange Ansour, professeure des écoles en ZEP de banlieue et le scientifique François Taddei, directeur de recherche à l’INSERM-CRI. Depuis la rentrée de septembre 2012, ils accompagnent ensemble des élèves de CM1 et CM2 dans leur « tatonnement expérimental » pour mieux connaître la vie des fourmis Aphaenogaster senilis. La recherche porte sur « le traçage du déplacements des fourmis dans leur déplacement nourricier » et des scientifiques de haut niveau, généticien, informaticien, physicien, dont certains interviennent directement dans la classe, sont associés au projet.

Au cours de l’émission, les deux invités expliquent pourquoi et comment ils travaillent ensemble et exposent leurs pratiques pédagogiques.

.

ÉCOUTER L’ÉMISSION : ICI (25min)

.

EXTRAIT D’UNE INTERVIEW D’ANGE ANSOUR :

(Source : cafepedagogique.net)

« Des élèves peuvent-ils s’engager dans la durée sur des projets exigeant d’observer, décrire, formuler des hypothèses, capitaliser des savoirs, échanger des informations, argumenter, valider des résultats ? La réponse est OUI. En proposant aux élèves d’endosser l’identité de l’apprenti-chercheur et de transformer la classe en un mini-laboratoire, Ange Ansour tente d’induire chez eux une posture différente. Il s’agit ainsi de leur faire comprendre que la connaissance est un processus où le questionnement, l’erreur, l’essai, l’itération, le travail collaboratif, l’ouverture de l’école au monde sont autant de leviers des apprentissages. Pour ses élèves, « apprendre c’est désormais trouver des réponses aux questions qu’ils se posent ».

« Quel est le rôle du Numérique dans ce projet ? Essentiel. Les élèves sont initiés à l’utilisation responsable des réseaux sociaux et familiarisés avec l’écriture numérique. Afin de communiquer avec les différents partenaires et interlocuteurs (chercheurs, enseignants, familles, classes …) les élèves utilisent : twitter, un compte mail et le site internet de la classe. Les carnets du chercheur individuels donnent lieu à un carnet collectif et collaboratif de la classe dans son ensemble sous Google Drive.

.

. EN COMPLÉMENT :

.

♣ Forum des Enseignants Innovants et de l’Innovation éducative(FEIIE)

Les 5 et 6 avril 2013 à Nantes : Reconnaître et valoriser les initiatives des milliers d’enseignants innovants.

.

♣ Les journées de l’innovation 2013 (28-29 mars, Paris)

Présentation et programme de la manifestation, retransmission des conférences et des focus, interview des intervenants etc…

.

♣ François Taddei : « Il faut donner aux élèves de nouveaux défis à relever » (La croix.com)

.

Vikidia (Encyclopédie libre pour enfants) 

.

♣ Fondation « La main à la pâte » 

.

♣ Pearltrees François Taddei

A qui appartient le savoir ? décryptage de l’édition scientifique mondiale

3 voies pour publier Le Monde 2013
Les 3 voies de publication d’un article scientifique (cliquez !)

.Dans sa rubrique Sciences et Techno du samedi 2 mars dernier, Le Monde décrypte le processus actuel de diffusion des connaissances scientifiques mondiales en exposant son mode de fonctionnement controversé (infographie), ses dérives mercantilistes et ses alternatives possibles (mouvement de « l’open access » ou « libre accès » – « voie verte » et « voie dorée »).

.(retrouvez cet article sur EDUCAVOX)

PLAN DE L’ARTICLE :

.

– L’article au cœur du système

– Des dérives connues et tenaces

– Un marché lucratif et captif

– Le libre accès s’impose

EXTRAITS :

.

– Résumé de la situation conflictuelle du milieu de l’édition scientifique :

« D’un côté, des chercheurs qui ont un besoin vital de publier et d’accéder au travail de leurs pairs. De l’autre, des éditeurs qui règnent sur un marché lucratif et captif. Et au milieu, des bibliothécaires pris financièrement à la gorge. Appels au boycott des abonnements, négociations au couteau sur les tarifs : la bataille fait rage, et le monde de l’édition scientifique est en plein bouleversement. »

– Sur les dérives d’un système de publication jugé inique et inadapté aux bouleversements induits par le numérique :

« Le système est dramatique car publier dans des journaux à haut facteur d’impact devient un objectif en soi, et cet objectif nous prend beaucoup de notre temps au détriment de nos recherches, explique Perrine Ruby (Centre de recherche en neurosciences de Lyon). Dans la configuration actuelle, de telles publications sont indispensables pour obtenir des financements de projets, et cela compte aussi beaucoup dans les évaluations des chercheurs et des laboratoires. (…) Les dérives sont aussi mercantiles, avec des « éditeurs prédateurs » dont le but n’est souvent que de faire des profits en faisant payer les chercheurs pour être publiés sans vraiment de garantie sur la qualité du travail d’expertise ou sur la pérennité de l’accès aux articles… »

– Un marché très lucratif … principalement pour les éditeurs :

« Un article scientifique vaut de l’or (…). Le chiffre d’affaires de l’édition scientifique, technique et médicale dépassait 20,2 milliards de dollars (15,4 milliards d’euros) en 2010 … »

– Une solution : « l’open access »

« Face à cette crise, le mouvement d' »open access », ou libre accès à la production scientifique, prend de l’ampleur. (…) Deux grandes voies existent pour respecter l’open access : la verte et la dorée. (…) Vert ou doré, l’open access a du succès. Le taux de citation de ses articles est identique à celui des publications accessibles sur abonnement, selon une étude. »

.

ACCÉDEZ  A L’ARTICLE : ICI

.

EN COMPLÉMENT :

journées Couperin 24-25 janvier  consacrées à « Open Access : quel avenir pour la publication scientifique ? Stratégie des établissements, des Etats et de l’Union Européenne. »

.

HAL : Archives Ouvertes Pluridisciplinaires

Université et réformes : Assises nationales de l’enseignemement supérieur et de la recherche

Les Assises Nationales de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) se tiennent actuellement (26-27 novembre 2012) à Paris, au Collège de France.

Réunissant les principaux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, « ce grand moment de dialogue social » doit aboutir à des propositions puis à un projet de loi au début de l’année 2013. Il s’agit, selon la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, de « corriger » les erreurs des réformes (lois sur la recherche 2006 et l’autonomie des universités 2007) conduites par la précédente majorité.

Ces assises s’organisent autour de trois thématiques :

.

1) Agir pour la réussite de tous les étudiants :

2) Donner une nouvelle ambition pour la recherche :

3) Concevoir le nouveau paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche.

 

A CONSULTER :

 ♣ Le site internet des Assises ( présentation, thématiques, documentation etc…)

♣ Le site du ministère de l’enseignement supérieur (page consacrée aux assises)

♣ Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement > (invitée « Des matins » de France Culture 26/11/2012)

♣ « L’université en question » (éditorial de Laure Adler sur France Culture 27/11/2012)

♣ « Quelle réforme pour la recherche ? six questions pour une réforme » article LE MONDE SCIENCE ET TECHNO / 22.11.2012 (infographies).